10 mars
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (164)

Cha ch'teot lindi !

L'neiche elle-s'a mis à caire à siept heures et d'mi, si fort qu'in moinse d'eine demi-heure tout i-a blanqui, aussiteôt les routes ont été parelles à des pistes de ski...  Cha commincheot bin l'journée d' lindi !

L'instant fatal, bé, ch'est à dix heures et d'mi, i-na pus eu d'élestrique su tout l'Tournaisis, cha alleot ête terripe mais on nous l'a pos dit... On va s'in rappeler d'ceulle journée d' lindi !

Ov'là no décor planté et asteur, in détal, je vas vous raqueonter c'jour pos banal.

10h50 : zoning commercial d'Froyennes, dins eine grande surface :  i-n'a pus que l'élestrique de s'cours, des clients feont demi-tour, laichent là leu caddy et s'in veont vers l'sortie. Quoisque te pourreos faire d'eaute, d'jà quand i-a de l'leumière, te caches pindant eine heure après eine séquoi que t'as b'soin d'puis leu dernier grand cang'mint

11h00 : l'sortie du parking n'est pos facile, les feux i-seont in panne et i-a des files et ch'est ainsin pou tous les carrefours de l'ville. 

11h15 : m'feimme elle a eu l'beonne idée d'faire du pain, comme l' programme i-sa arrêté, l'pâte a continué à l'ver, i-va falloir l'inl'ver de ceulle machine avant qu'elle n'invahisse béteôt tout l'cuisine !

11h30, Liza habite au Vert Bocache, pou deîner, elle va querre du gambeon. "Je n'sareos pos vous l'coper" qui li-dit l'boucher. "I-est beon, fais-me eine grosse tranque, j'vas m'débrouiller". "Ahais, et commint j'vas l'peser". Au momint d'ortourner, l'porte élestrique elle éteot bloquée, c'n'heomme, Ernest, n'l'veyant pos orvenir i-a cru qu'elle aveot été inl'vée. Au feond d' li-même, I-éteot d'jà bénaisse... Ernest. 

12h30 : cha fait deux heures qu'Albert et s'feimme sont coincés dins ein ascenseur. Dins l'noir, i-cache dins l'sac en séquoi pou minger. Tout c'qui trouèfe dins l'cabas ch'est des boîtes de conserves, du café et du cirache pou les sorlets. 

12h45 : j'intinds buquer à l'porte, ch'est ein visin qui m'dit ainsin : "te sais que t'sonnette elle ne va pus !... à propos t'as acore du courant à t'maseon ?" Pinsant qui vouleot rigoler, j'li répeond qu'ahais et i-est ortourné in disant : "alors ch'est mes pleombs qui ont sautés !".

13h00 : j'ai téléphoné à Ores et ov'là ce que j'ai intindu : "si vous téléphonez pour une panne sur Tournai et la Wallonnie Picarde, raccrochez, nos équipes sont prévenues et mettent tout en oeuvre pour réparer" J'sus soulagé, on est sauvé !

13h15 : i-comminche à faire fraîque, m'feimme elle rapporte des platieaux ave des bougies, ah, ma beonne fée on va pouvoir s'récauffer, mais ch'est surtout dins no tiête que cha s'a passé !

14h00 : quoisque vous voulez faire quand i-n'a pus d'cauffache, pus d'éclairache, pus d'frigo, pus d'télévisieon, pus d'radio, pus d'internet, cha fait dix queops que j'orlis m'gazette. Pou passer l'temps, j'télépheone à mes amisses. L'prumier, i-est leon d'ête optimisse, i-a équipé s'maseon d'un water élestrique et ch'est jusse aujord'hui qu'i-attrapé l'drisse. L'deuxième m'dit : 'prinds t'pâte à pain et on va l'cuire chez mi, i-éteot parmi les privilégiés à avoir du courant. Ch'éteot bin gentil, mais m'porte du garache elle éteot bloquée et si j'aveos mis l'pâte dins l'auteo, ave l'caleur, avant d'arriver à s' maseon, elle areot gonflé et nous areot éjectés. 

15h30 : i-a ein innochint qui m'appelle au télépheone : "T'as de l'sanche ti, te t'cauffes au gaz, mais mi ch'est tout élestrique". "Ahais que j'li répeond, te sais c'que j'fais là, j'pédale pour faire démarrer l'thermostat, cha n'marche pétête pos, mais au moins j'nai pus freod". J'pinse qui n'a pos compris !

15h45 : j'pinse aller chez m'n'amisse Lionel, du Cabaret Walleon, i-habite pos leon de m'maseon. J'vas li d'minder : "te pinses que cha va acore durer lommint, Lionel " mais j'sais bin c'qui va dire : bé neon, neon, pour asteur cha va aller vite". Les gins qui ont vu l'orvue du Cabaret, i-a trinte ans, i-veont s'in rappeler.

16h00 : j'rappelle Ores, l'heomme i-est toudis aussi agréape : "Si vous téléphonez pour une panne sur le Tournaisis....pas de réparation avant minuit !". Mo, bé on peut béteôt aller à s'lit.

16h45 : au leon, j'veos l'leumière orvenir : "cha i-est, ch'est eine affaire de minutes que j'dis à m'feimme, i-est temps pasque les bougies sont presque usées".

17h30 : i-comminche tout douchett'mint à faire noir, on s'éclaire à l'leumière trimblotante des bougies qui dessine'tent sur les murs des ombres fantastiques, images vacillantes de pilones élestriques !

18h00 : ch'est l'heure du journal télévisé su No Télé, pou l' prumière feos on s'ra pos fidèle au rindez-vous, mais comme i-n'a pos neon pus d'courant à Kain, pou l'prumière feos su l'antenne i-n'ara rin, Manu i-a ortiré s'noeud-papilleon et i-est bin vite ortourné à s'maseon. 

18h30 : ch'est toudis aussi romantique, ein souper aux candelles, eine jatte de café qu'à l'main, on a du passé, treos ou quate biscottes et ein morcieau d'fromache. M'feimme elle me dit : "i-a de l'soupe, si te veux", ein bol d'beonne grosse soupe, ave des gros légueumes pos passés pasque l'mixer i-na pas pu fonctionner. Ov'là que l'panne tout à n'ein queop elle a du charme. Ceulle soupe là m'a récauffé l'âme et le corps et lommint j'm'in souvindrais 'core (m'ov'là que j'me prinds pou Georges Brassens). 

19h00 : si i-a du courant dins tous les quartiers près d' no maseon, nous eautes ichi on jeue les prolongatieons. Dins les rues i-a pos ein bleu tchien, ch'est l'silence comme pou ein interr'mint, on n'veot pos ein seul bonheomme, à croire qu'on habite asteur eine ville fantôme. 

19h45 : tout l'meonte i-m'appelle, l'courant i-est orvenu, on respire, ahais... mais mi j'soupire.

19h50 : l'leumière s'est ralleumée, eine séconde seul'mint et puis tout s'a réteint ! 

20h47 : cha i-est, on est orvenu au vingtième sièque, tout i-ormarche, on a l'impressieon d'ornaîte. On peut canter : "que la vie est belle, vie est belle, vie est belle ave Electrabel" !

A No Télé, on a dit "ch'est à cosse de l'neiche et du vint, les câbles i-ont comminché à faire bal,  à s'toucher, à faire des éclairs et, patatras, i-ont fait caire les pilones par tierre, ch'est pos l'feaute à Elia", mi j'ai dit " i-est beon, feaut pos engueuler ceulle feimme-là, ch'est d'jà assez triste comme cha".

Final'mint, on a bin ri, mais quand on pinse à les infants handicapés dins les institutions, aux vielles perseonnes seules, dins l'freod, à leu maseon, aux blessés dans les accidents de l'circulatieon, aux cinsiers, dins les étapes, qui saveot'ent pus traire les vaques, à les ceusses qui sont restés su l'autoroute pindant siept heures in raque, à les feimme qui f'seotent eine mammographie et qui seont restées coinchées dins l'machine pindant nuéve heures et demi, à les ceusses qu'éteot'ent tout au feond d'ein scanner coinchés sans leumière, aux gins qu'on opéreot d'eine appindicite et qu'on a été obligé d'orcoudre à la va-vite, aux ouverriers et aux imployés assis à attinte l'ouvrache et aux gars d'Elia qu'i-ont ouvré sous l'neiche et l' drache on s'dit qu'i-aveot bin pus malhureux qu'nous. 

In attindant mi j'vous l'dis, cha ch'eot lindi !

(lexique : lindi : lundi /parelles :pareilels / blanqui : blanchi / l'élestrique : l'électricité / asteur : maintenant / laicher : laisser / cang'mint : changement / ceulle : cette / béteôt : bientôt / gambeon : jambon / eine tranque : une tranche / bénaisse : content / cabas : sac à commission / cirache : cirage / sorlets : souliers / buquer : frapper / fraîque : frais, frisquet / mes amisses : mes amis / l'drisse : la diarrhée / ein innochint : un innocent / l'sanche : la chance / pétête : peut-être / freod : froid / lommint : longtemps / béteôt : bientôt / au leon : au loin / douchett'mint : doucement / candelles : chandelles / tout à n'ein queop : tout à coup / ichi : ici / ein tchien : un chien / i-a pos ein bleu tchien : il n'y a personne / ein intierr'mint : un enterrement, des funérailles/  l'sièque : le siècle / eine étape : une étable / les vaques : les vaches / nuéve : neuf / ouvrer : travailler / l'drache : la pluie battante)

S.T. mars 2012.

09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.