11 févr.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (160)

Un juche pos jusse. 


L'Histoire que j'vas ichi vous raqueonter n'date pos d'hier, ni même du meos passé.                          

Ch'éteot, i-a chinquante ans au siègle dernier, dins ein villache pos leon d'Tournai.

I-aveot là ein beon, greos et brafe curé qu'on connisseot sous l'neom du Père René.

D'puis trinte ans qu'i-éteot là curé, bin des âmes i-aveot baptisées, mariées, intierrées.

Les gins aveot'ent pour li beauqueop d'respect et surtout... les guernoules d'bénitier.

A c'temps-là, l'docteur, l'instituteur et l'curé, du villache formeot'ent l'Sainte-Ternité.


Si presque tertous éteot'ent l'diminche à l'églisse, no curé n'aveot pos que des amisses,

L'roi de l'catoire, l'tombeu des files du villache, i'-n'd'aveot qu'ein, Marcelin Dubocache!

A s'maseon i-pouveot tout faire, on diseot partout que ch'éteot l'terreur de s'mamère :

Tout c'qu'i-réveot au momint de s'lever, i-éteot seûr de l'orchevoir avant d'aller coucher.

Ein bieau jour, pou faire comme s'comarate Arthur, i-a voulu qu'on li acate eine voiture.

I falleot l'vir toudis rouler comme ein sauvache et foute l'pépète aux gins du ruache.


Jamais on n'a vu Marcelin aller à l'messe et, bin seûr, acore moinse à confesse.

Quand i-croiseot l'brafe Père René, i-baisseot l'tiête et raviseot ses sorlets

Au feond d'li même, l'curé feseot eine prière: "Mo Dieu, faite que c'diale i-n'alle pos in infer".

Ch'éteot l'pus grante de ses qualités au Père René, i-éteot toudis prêt à pardeonner. 

Mais i-valeot mieux que l'heomme d'églisse i-n'sache pos, ce que l'eaute arsoule d'li pinseot :

"J'saveos bin que l'jour i-n's'reot pos bieau, ov'là acore l'espert du bénicheot".


L'vie, bin souvint, nous jeue des tours et ov'là ce qu'i-est arrivé ein bieau jour :

Su eine route, in plein mitan des camps, l'père René ave s'cap'let s'in alleot priant

Ravisant l'file à ses côtés dins l'auteo, à plein gaz, Marcelin Dubocache débouleot,

I-n'a pos eu ein seul coup d'frein, au momint où i-z'eont été réunis pa l'destin,

Quand Saint-Pierre i-a vu Marcelin pa d'vant li, i-li a dit : "intrez, vo plache est au paradis"

Mais quand l'Père René i-a décliné s'n'identité, i-l'a inveyé au purgatoire pou chinq ainnées !


J'vous veos d'jà vn'ir, mes amisses, tout ébeubis et criant à l'injustice

et comme vous, j'ai voulu savoir, pourquoi l'brafe curé i-éteot au purgatoire.

Ch'est simpe, Marcelin, pou l'Beon Dieu, i-a fait pus d'publicilité que l'Père René,

Quand, dans ein boucan infernal, Dubocache arriveot, bé tout l'meonte prieot

Mais l'diminche, pindant l'homélie que l'Père René diseot, bé tout l'meonte dormeot !


(lexique : un juche : un juge / raqueonter : raconter / l'meos : le mois / l'siègle : le siècle / pos leon : pas loin / eine guernoule : une grenouille / tertous : tous / orchevoir : recevoir / s'comarate : son camarade / foute l'pépète : faire peur, flanquer la panique / l'diale : le diable / ein bénicheot : un goupillon / in plein mitan : au beau milieu / l'cap'let : le chapelet / ravisant : regardant / pa d'vant : devant / vo plache : votre place / invéyé : envoyé / ébeubis : frappés de stupeur, interdit, stupéfaits / simpe : simple / l'meonte : le monde)

S.T. février 2012

09:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonjour, Serge.
Il a fallut un article de mon ami Luc Parret, pour découvrir ton blog. En voisin, il est tout à fait naturel, que j'apporte ma sympathie et mon admiration à ton site.
Le patrimoine de notre ville est en bien bonnes mains.
Amicalement, Hervé.

Écrit par : Leclercq Hervé | 12/02/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.