28 janv.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (158)

Quand l'colère, elle meonte.

(NB : cha na rin à vir ave l'cancheonne de Raoul de Godwaersvelde qui li a écrit "Quand la Mer Monte").

Vous savez bin, mes gins, que j'n'ai pos l'habitude de m'plainte, mais comme direot Bart D.W. "Qui bene amat, bene castigat", ahais, ch'est du latin, cha veut dire "qui aime bin, châtie bin" ou acore "l'châtimint i-est là pou corriger les ceusses qu'on aime" ! J'ai donc pris m'pleume pou écrire mes étâts d'âme.

Mossieu, l'Bourguémette, j'vous écris eine lette, que vous lirez pétète, avant vo prochain départ (j'sais bin Boris Vian i-a écrit cha dins s'cancheonne, "l'déserteur", j'sus ein paufe imitateur).  

Féaut dire que dins no ville, i-n'fait pus fort tranquille, pourmener ch'est vraimint difficile, des travéeaux, on in a marre (ch'est po bieau d'dire cha mais cha soulache ein fameux queop).

L'sémaine dernière, j'ai acaté eine paire d'nouvieaux sorlets mais à forche d'piduler, l'lind'main i-n'éteot'ent d'jà pus noirs (au prix que j'les ai payé, cha fait mal, surtout que l'cirache n'éteot pos vindu avec). 

Meonter l'rue des Cap'liers, traverser l'piétonnier ou bin acore aller au Bas-Quartier, pou mi cha va dev'nir rare. (bin souvint te deos marcher au mitan de l'rue et cha n'fait pos ralintir les automobilisses).

J'pinse à tous ces marchands, à les dizaines d'commerçants, qui ravisent si a des passants et seont au désespoir (l'bédoule et les parcmètres, i-a pos à dire, on fait tout pou t'attirer in ville).

I-a des treos partout, pou l'gaz, l'ieau, les égoûts, on direot vraimint qu'on s'fout d'tout, on ouvère les trottoirs, ainsin, sans crier gare (si acore on termineot ein ouvrache avant d'commincher ein eaute).

On d'minde jusse ein peu d'compréhensieon, ein beon service d'informatieons et surtout eine meilleure organisatieon. (cha ch'est d'minder la lune, i-a jamais eu d'coordinatieon inter Ores, Belgacom, l'Walleonne des ieaux, i-vienne'tent quand cha les arringe même si on a d'jà ormis les pavés).

Tertous semble ainsin dépassés, les ouverriers feont à leu n'idée, i-a perseonne pou les surveiller (là j'préfère m'taire que mal parler).

No ville est comme sinistrée, on a tout comminché mais on n'a rin terminé, feaut l'voir pou l'croire. (De l'Naïade au bieffreo, de l'rue d'Paris à la plache Saint Pierre, dins l'Bas quartier et l'rue Dame Odile ch'est malhureux qu'i-n'a pos là l'maseon d'ein de nos édiles).

Vous savez bin, Mossieurs les Ediles, comme j'aime bin no vielle ville, d'pus que j'sus pétit rambille et in vous écrivant j'ai acore ein peu d'espoir (on peut toudis rêver !).

Les Tournaisiens sont des brafes gins mais feaut quand même pos les printe pou d'z annochints.

Comme vous l'veyez, j'ai cité Bart au début de m'babillarte, pou eine feos, i- vivreot eine affaire parelle, i-n'parl'reot pus latin pou dire "Trop is te veel" !

N.B : pou les gins qui ne l'sareot'ent pos 'cor, no ville de Tournai est in train de s'faire belle, de s'mette in valeur, et tout l'meonte i-a l'dreot d'in ête fier, on dit toudis que pou ête bieau i-feaut souffère, mais ichi ch'est pus eine simpe opératieon, ch'est eine véritape exanguino-transfusieon !).

(lexique : m'pleume : ma plume / eine cancheonne : une chanson / paufe : pauvre / sorlets : souliers / piduler : marcher dans la boue / les Cap'liers : les chapeliers / raviser : regarder / l'bédoule : la boue / des treos : des trous / ormis : remis / tertous : tous / comminché : commencé / ein rambille : un gamin espiègle / brafes gins : braves gens / printe : prendre / annochints : innocents / l'babillarte : la lettre / veyez : voyez /parelle : pareille / souffère : souffrir / véritape : véritable)

S.T. janvier 2012.

09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.