17 déc.
2011

Tournai : expressions tournaisiennes (153)

Dommaches de guerre.

J'vous ai parlé, l'sémaine dernière, d'Titisse et tout comme li, s'mopère i-s'appeleot Batisse. Ch'éteot l'pus vieux des infants d'Joseph et Zandrine, des Tournisiens qui d'meureot'ent à l'rue Sainte-Catherine où i-aveot'ent loué eine belle pétite maseon, jusse au mitan inter l'Esquéaut et l'priseon.

In mille neuf chint trinte neuf, l'dix de févérrier, l'agint d'police aveot apporté ein papier, l'ordre d'orjoindre l'régimint des carabiniers et ein an pus tard, Joseph i-éteot fait prisonnier.

Zandrine éteot restée tout seu ave s'n'infant, l'Batisse, ein vrai p'tit rambile, ein riche albran. A onze ans, dins ceulle famile, ch'éteot l'traditieon, après douze meos d'catéchisse, on fait s'communieon.

Malgré la guerre, les misères et les restrictieons, i-falleot rhabiller l'infant pou l'occasieon. L'visin aveot conseillé l'vieux Emile, avant-guerre, ch'éteot l'meilleu tailleu de l'ville, l'vieil heomme i-aveot écappé aux raffles des Allemands, cha n'intéresseot pos les pus d'soixante-chinq ans !

Après avoir pris toutes les m'sures du p'tit Batisse, l'mamère dit : "i-féaut eine leongue culotte, j'insiste".

"Mo dieu, Madame, vous obliez que ch'est la guerre, cha va faire beauqueop d'tissu, cha va coûter tcher". 

"Bé, cha coûtera ce qu' cha coutera -dit l'mamère- ch'est ein bieau jour de s'vie, j'veux qui soiche bin fier".

L'sémaine d'après, i-seont ortournés pou l'essai, Batisse i-éteot si hureux qu'i-a voulu l'laicher, "allez, mamère, n'comminchez pos acore à berdéler, ainsin j'pourrais m'habituer à l'porter"

"Ch'est de l'gabardine, savez, de l'beonne qualité" i-a dit Emile après qu'elle aveot payé. "Ch'est l'seul tissu que j'ai acore su mes étagères, orwettiez vous-même et n'dites pos qu'j'exagère".

I-aveot'ent à peine fait l'mitan de l'route que, du ciel, i-a qu'minché à caire des gouttes. Zandrine pinsa : "des gruéaux d'mars presqu'à l'fin du printemps, à m'mote qu'ave les beombes i-démettent l'temps". Quand elle s'ortourna pou raviser s'n'artisse, elle li trouva tout à n'ein queop ein air tout trisse. Brafes gins, vous n'êtes pos obligés de m'croire et je n'voudreos pos vous raqueonter d'z'histoires, ch'éteot eine courte culotte à l'plache du pantaleon et eine sorte d'pétit boléro qu'i-aveot su li s'garcheon.

In foufielle, Zandrine ne fait ni eine, ni deux, elle impoigne l'gosse et ortourne chez l'tailleu.

"Orwettiez ichi l'tablature, ravisez vo n'ouvrache, vous comperdez, j'sus seûr, pourquoi j'sus in rache". L'tailleu i-est tout imbêté mais... i-ortrouve vite ses esprits :

"Mo Dieu, i-a pos à dire, i-a vite grandi, l'pétit !".

(lexique : dommaches : dommages / s'mopère : son père / jusse au mitan : juste au milieu / l'Esquéaut : l'Escaut / févérrier : février / orjoindre : rejoindre / tout seu : toute seule / ein rambile : un gamin espiègle / ein albran : un garnement / ceulle famile : cette famille / meos : mois / l'catéchisse : le catéchisme / l'visin : le voisin / l'tailleu : le tailleur / écappé : échappé / tcher (ou tchier) : cher / ortourner : retourner / hureux : heureux / laicher : laisser / berdéler : rouspéter / orwettier : regarder / des gruéaux d'mars : des giboulées / à m'mote : à mon avis, selon moi / raviser : regarder / tout à n'ein queop : tout à coup / trisse : triste / brafes : braves / raqueonter : raconter / à l'plache : à la place / in foufielle (ou in foufelle) : dans tous ses états / l'tablature : la situation ridicule / vo n'ouvrache : votre ouvrage, votre travail / in rache : en rage)

S.T. décembre 2011

09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Chà ch'est rambile ! J'parle du tailleu', naturel'mint !

Merci pour ce nouveau morceau de picard, nous livré tout frais !

Jacques

Écrit par : jacques DCK | 20/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.