10 déc.
2011

Tournai : expressions tournaisiennes (152)

L'histoire que j'vas, aujord'hui, vous raqueonter est arrivée dans les années chinquante. Batisse, i-éteot chef de gare dins ein villache, pos leon d'Tournai. Ch'éteot au temps où les trains i-s'arreteot'ent acore dins les p'tites gares, in plein mitan des camps.

Batisse i-aveot fait toute s'carrière aux Qu'mins d'Fier et, pou seûr, i-éteot pos peu fier. Tous les matins, à l'même heure, i-infileot s'costume, toudis bin orpassé pa s'feimme, metteot s'casquette su s'tiête, perdeot s'pétit drapéeau et quitter s'maseon pou aller ovrir l'gare... pou deux pelés et ein teondu qui perdeotent l'train pou aller ouvrer à Tournai.

I-falleot l'vir queurir su l'quai quand i-intindeot l'train arriver, i-surveilleot les gins qui déquindeot'ent, ch'éteot pos ein ouvrache très malin vu que l'pus souvint, i-n'aveot pos ein bleu tchien, i-attindeot que les deux ou treos habitués soich'tent imbarqués pour deonner ein queop d'chiffleot. I-a toudis fait acroire à s'famile que ch'éteot grâce à li que les trains rouleot'ent car si i-oblieot d'chiffler, l'train i-resteot à quai. 

Bin souvint, ses amisses, l'grand Bébert et l'pétit Titisse (chéteot l'surneom de deux ouverriers qui ouvreot'ent su les voies), veneot'ent s'récauffer et boire eine jatte de noirte jus que Marie, l'feimme à Batisse, prépareot dins des galus. Je n'voudreos pos ichi révéler ein secret, mais on ne l'buveot qu'après avoir ajouté eine beonne rasade de Wambrechies, l'genièvre pou les bistoules bin connu par ichi.

A l'fin du meos d'décimpe de l'ainnée mille neuf chint chinquante-siept, Batisse i-a eu soixante-chinq ans, ch'éteot, l'âche de l'ortraite. L'dernier jour d'ouvrache, cha n'a pos été ein jour comme ein eaute. Au matin, i-a quitté Marie ave eine larme à l'ouel in disant, comme ein condamné à mort, "bonjour, ô mon dernier matin, ch'est aujord'hui que j'vas raviser passer m' dernier train". Batisse, sans in avoir l'air, ch'éteot ein poète ferroviaire ! Bébert et Titisse éteot'ent v'nus ave eine beonne boutelle, ch'éteot leon d'ête d'l'ieau d'Vittel et Marie aveot fait, pou l'occasieon, eine tarte aux preones et à l'crème maseon. 

Pou bin li rappeler ceulle journée, pou qu'elle soiche bin gravée, les deux albrans aveot'ent imaginé ein plan. D'pus qu'Batisse i-éteot chef de gare, i-aveot toudis l'même rituel, tous les jours après-deîners, qu'i-pleuvène ou que l'vint chuffièle, i-perdeot s'gazette et alleot à l'toilette (J'sins bin, in France, on dit "aller aux toilettes", mais ch'est pasqu'i-feaut in faire plusieurs pou in trouver eine prope, ov'là c'qui pind au nez quand on raqueonte des histoires su l'deos des Belges). Là, i-pouveot lire les nouvelles in intier, i-pouveot même ête constipé, i-n'aveot pos d'train avant l'fin de l'journée (après i-d'a eu puque mais on est in train d'les supprimer).

L'toilette de la gare éteot ein peu à l'écart, i-aveot eine sorte d'loquet à l'intérieur de l'porte d'beos, qu'on d'veot ovrir in passant s'déogt, tout jusse pa ein p'tit tréo. Ov'la t-i pos qu' nos deux arsoules aveot'ent imaginé, pou faire eine blaque, d'tapisser l'tréau d'brin d'vaque. L'visin qu'i-éteot cinsier, i-les aveot aidés. 

Quand Batisse i-a pris s'gazette pou aller à l'toilette, i-a bin ormarqué Bébert tout seu l'leon de l'voie du qu'min d'fier. 

"Et alors, i-t'a laiché caire pou l'après-deîner"

"Neon, i-est parti querre les bouleons qu'on a obliés"

Titisse éteot muché dins l'toilette, à l'ratinte ave eine réglette et quand i-a vu s'déogt passer dins l'tréo, i-li a deonné pa d'zeur ein fameux queop. Batisse i-a poussé ein cri et sous l'effet de l'douleur, i-a porté s'déogt à s'bouque, vous adveinez l'résultat, bin seûr !

(lexique : raqueonter : raconter / pos leon : pas loin / les Qu'mins d'Fier : les Chemins de Fer devenus depuis la SNCB / orpassé : repassé / perdeotent : prenaient / ouvrer : travailler / queurir : courir / déquindeot'ent : descendaient / l'ouvrache : le travail, l'ouvrage / i-n'aveot pos ein bleu tchien : il n'y avait personne / ein queop d'chiffleot : un coup de sifflet / faire acroire : faire croire / ses amisses : ses amis / des ouverriers : des ouvriers / récauffer : réchauffer / eine jatte de noirte jus : une tasse de café noir / ein galu : une gourde, récipient utilisé jadis par les roctiers (ouvriers des carrières) qu'on réchauffait à l'heure du repas à même la flamme) / eine bistoule : un café additionné d'alcool, spécialité de la Picardie) / décimpe : décembre / l'âche de l'ortraite : l'âge de la retraite / l'ouel : l'oeil / d'l'ieau : de l'eau / tarte aux preones : tarte aux prunes, spécialité tournaisienne, qui avait fait la renommée de la Maison Mamour à Froyennes / ein albran : un garnement / pleuvène : tombe une petite bruine / beos : bois / l'déogt : le doigt / jusse : juste / l'tréo : le trou / eine blaque : une blague / l'tréau : autre mot pour désigner un trou / ein brin d'vaque : de la bouse / l'visin : le voisin /  tout seu : tout seul / laiché caire : laissé tombé / querre : chercher, à rapprocher du français quérir / muché : caché / rattinte : attendre quelqu'un avec de mauvaises intentions / pa d'zeur : dessus / ein queop : un coup / l'bouque : la bouche / vous adveinez : vous devinez / bin seûr : bien sûr).

S.T. décembre 2011

09:10 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonjour,
je viens de découvrir votre site internet récemment et je trouve très intéressant votre partage sur les expressions tournaisiennes :) Belle découverte. Merci !

Marion

Écrit par : baby sitting annecy | 12/12/2011

Répondre à ce commentaire

Merci, Marion, pour le commentaire laissé sur mon blog ! Perpétuer le patois et faire connaître la langue parlée par nos ancêtres, c'est tenter de conserver intactes ses racines, c'est lui permettre de "survivre" à une époque où la mondialisation a tendance à niveler par le bas !

Écrit par : Serge | 12/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.