29 oct.
2010

19:00

Tournai : expressions tournaisiennes (94)

Ceulle histoire elle s'a passée pindant l'sémaine dins l'villache d'Hertain, su l'chaussée d'Lille, à l'limite d'Lamain. Robert qui tient eine station service et ein garache, i-n'a pos arrêter du matin au soir tell'mint i-aveot d'l'ouvrache, comme i-n'aveot pus eine goutte d'carburant chez les visins d'France, tertous i-v'neot'tent chez li pou acater l'gazoil ou l'essence. Des plaques 59, 62 et 80 i-d'aveot des chintaines su eine journée et les cuves, à peine rimplies, commincheot'tent à s'vider.

 

Pas bin leon du garache, assis su des véleos, i-aveot là quate ou chinq morveux qui orwettieot'tent l'manèche. Tout à n'ein queop, Nicolas, l'pus p'tit de l'bande, l'pus rogneu i-a dit aux eautes mourdreux : "laichez me faire, j'vas vous moutrer que l'pétit Belge i-est biête et j'vas ichi m'payer s'tiête". Quand Nicolas i-a rêvé eine saqué, i-a perseonne qui pourreot l'arrêter. Et l'arsoule chez Robert a déboulé.

 

"L'plein d'Super". I-feaut eaute cosse pou débalté Robert. I-prind l'tuyéau, dévisse l'selle du véleo et comminche à rimplir l'cadre de l'albran ave du carburant. L'pétit Nicolas i-est débiboché, vexé et i-li vint eine eaute idée.

 

"J'voudreos aussi vous d'minder, l'plein d''huile s'il vous plaît". Robert va dins s'n'atelier querre eine burette et graisse l'pédalier. Pas d'vant ses comarates, l'pure produit d'France ne veut pos perte contenance.

 

Comme i-a d'mindé d'orwettier aussi aux pneus du véléo, Robert i-a pris l'pompe et i-a gonflé les boyéaux.

 

"Cha fait treos Eureos et l'service ch'est cadeau". Au momint où Nicolas après avoir payer, ormonte su s'véleo, Robert s'approche de l'imblavé, li fout eine mornife, et dit pou s'excuser : "vo portière éteot mal serrée" ! 

 

A partir de saim'di, l' Royale Compagnie du Cabaret Walleon Tournisien présinte l'prumière de l'orvue annuelle. L'titre i-est évocateur : "Chinquante-deux, rue Saint Martin", ch'est eine adresse bin connue des tournisiens, ch'est l'ceulle de l'Hôtel de Ville, l'lieu d'rindez-vous d'nos édiles. I-a acore des plaches mais i-est temps de queurir les ortenir.

 

lexique : garache : garage/: tell'mint : tellement / ouvrache : ouvrage / visins : voisins / tertous : tous / acater : acheter / chintaines : centaines / pas bin leon : pas bien loin / morveux : impertinents, insolents, effrontés / orwettieot'tent : regardaient / manèche : manège / tout à n'ein queop : tout à coup / rogneu : sale caractère / mourdreux : hargneux / laichez me faire : laissez moi faire / moutrer : montrer / biête : bête / tiête : tête / eine saqué : quelque chose / arsoule : canaille, galopin / eaute cosse : autre chose / débalté : exaspéré / tuyeau : tuyau / comminche : commence / albran : garnement / débiboché : contrarié / querre : chercher / pas d'vant : devant / comarates : camarades / ormonte : remonte / imblavé : orgeuilleux, faiseur d'embarras / mornife : gifle, claque / serré : fermée / prumière : première / orvue : revue / acore : encore / plaches : places / queurir : courir / ortenir : retenir.

 

(S.T. octobre 2010) 

 

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

26 oct.
2010

22:51

Tournai : origine du nom des rues (1)

Tout au début de ce blog, en 2007, nous avons évoqué certaines rues de Tournai dans une rubrique consacrée à la visite virtuelle des quartiers de la ville. A partir d'aujourd'hui, revenant de façon aléatoire, nous nous attacherons à suivre l'évolution du nom des rues. Tandis que des voiries disparaissaient, au cours des siècles, des rues, des avenues, des boulevards ont été créés, leurs noms ont changé au gré des circonstances. Après la seconde guerre mondiale, par exemple, de nombreuses rues ont commémoré le souvenir soit des libérateurs de la ville, soit des vainqueurs du conflit, c'est ainsi qu'on a vu apparaître les avenues de Gaulle, Montgoméry ou des Etats Unis, la rue Général Piron, le boulevard Eisenhower ou le quai Staline, débaptisé depuis pour prendre la dénomination de quai Andréï Sakharov. La dernière modification importante remonte à trois ou quatre ans lorsque les services postaux ont demandé aux responsables communaux de changer les appellations de certaines rues de façon à ne pas les retrouver dans plusieurs communes fusionnées avec Tournai (en 1976 !). Combien de villages avaient, en effet, leur rue de l'Eglise, des Combattants, Saint Eleuthère ou de la Fontaine.

 

La rue qui inaugurera cette nouvelle rubrique me plaît particulièrement et je ne saurais vous en donner la raison : la rue Tranchant. Elle ne possède pourtant rien qui puisse la mettre en valeur, c'est une ruelle qui relie la rue de la Madeleine à la rue Frinoise en longeant l'ancienne caserne des Sept Fontaines édifiée par Louis XIV pour ses troupes. Elle est barrée en son milieu par une grille qui la réduit à l'état d'impasse. Elle est uniquement empruntée par les véhicules qui se rendant dans le garages souterrain d'une résidence qui en fait le coin avec la rue de la Madeleine, la résidence Scaldis.

 

Bozière nous dit que le recueil des faits rares et antiques appartenant au Baron Alphonse De Rasse rapportait qu'au XVIIe siècle, celle-ci était occupée par des pestiférés. Philippe de Hurges parle aussi de cette rue lors de la nomination d'un bourreau aux gages de la ville, auquel on accordait, outre ses appointements, une exemption d'impôts sur douze tonne de "bierre" (!) annuellement et la jouissance de la maison ordinaire, sise en la rue Tranchant, près la porte des Sept Fontaines. On pourrait donc croire que l'origine du nom de la rue vient de la présence en ce lieu du bourreau, homme habitué à trancher les têtes. Cette affirmation serait démentie par un écrit de 1278 qui la nomme alors rue Trencant ou par un acte de 1550 qui signale qu'un dénommé Antoine de Lécluse vend une maison séant grand rue de la Magdeleine (rue de la Madeleine) faisant touquet (faisant le coin, touchant) de la rue Tranchant. Pour certains auteurs, le nom proviendrait d'un nom patronymique, plusieurs familles à Tournai portant ce nom.

 

Peu de personnes à Tournai connaissent encore l'existence de cette rue Tranchant, considérons donc cet article comme une réhabilitation.

 

(sources : "Tournai Ancien et Moderne" de A-F-J Bozière).

22:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, rue, tranchant, ruelle, louis xiv |

22 oct.
2010

19:00

Tournai : expressions tournaisiennes (93)

Mardi matin, j'aveos été in ville pasque j'deveos acater des cachets à l'pharmaç'rie, asteur les nuits y seont fraîques et j'orsins bin souvint mes romatiques, j'sus tout raide quand je m'liève et ces raideurs là on s'in passe'reot bin. Comme diseot m'visin : "l'âche est là, les raideurs se déplache'tent". Ch'est même bizarre de l'intinte dire des cosses parelles car li i-a toudis été tout mou ! In orvenant, ch'est in plin mitan de l'rue Gallait que j'ai rincontré Irma, l'feimme à Edgard, les ceusses qui aveot'tent été à l'Côte d'Azur (veyez mes gins l'artique de l'sémaine passée). Ch'est tout jusse si on s'a intindu s'dire bonjour car ave les travaux, i-a là ein bruit pas possipe, tins quand te vas chez l'boucher su l'coin et que te d'mindes des rogneons, t'orsors, aussi seûr que deux et deux feont quate, ave des côtes de mouteon.

 

J'vas essayé d'vous raconter l'histoire qu'elle m'a dit. Florian, s' filleul, i-est antiquaire. I-est toudis à cacher après de vielles affaires qui feont l'bonheur du chineu. In passant dins l'rue des Bouchers Saint-Jacques, i-a vu ein cat qui buveot s'lait (i-a rin d'estraordinaire à cha) mais quand i-a vu l'assiette, i-a fait ein beond : l''bol dateot de l'époque gallo-romaine. I-aveot seûrmint été trouvé dins l'treo de l'rue Perdue. Ein beon antiquaire i-n'deot jamais moutrer s'surprisse, ni s'n'intérêt, cha fait monter l'prix. Orvenant de ses émotieons, i-va trouver l'propriétaire de l' biête. "Mo Dieu, Mossieu, que vous avez là ein bien bieau matou, si m'feimme elle le veyeot, pour seûr, qu'elle le voudreot". L' viel heomme l'orwette, gratte à s'tiête et après avoir busié li dit : "Vingt Euros, ch'est pos trop tcher ?". Florian met l'main au portefuèle et s'arrête, tout net, comme imbêté : "Je n'voudreos pos faire d'mal à ceulle pétite biête et canger ses habitudes, allez j'vas printe l' vielle assiette avec...pou vous in débarrasser". "Ah neon qui li fait l'heomme, ceulle assiette, elle m'a d'jà permis, en six meos, d'vinte quinze biêtes !".

 

J'n'ai pos eu d'nouvelles d'Edmeond et Fifinne. J'sais tout jusse que saim'di au soir, i-veont aller à Rumes, au Hall Fernand Carrez, pou l'souper organisé par les parints des jeones handicapés qui veont au "Détour du Possible" à Bruyelles, i-a toudis près de d'quate chints perseonnes, ch'est eine récompinse pou les gins qui ouèftent pou apporter eine pétite saqué in puque à des infants qui n'peuve'tent pos avoir eine vie que les eautes. Edgard et Irma, eusses, i-z'ont queusi d'aller au Collège Notre-Dame pou l'souper "Bangladesh", ch'est pou soutenir treos tournisiens, Yves, Michèle et Rose-Marie qui, in novimpe, vont traverser l'pays in VTT ave l'Fondation Damien et tout cha s'in aller à l'pétite boutelle. Diminche, ch'est à Tournai-Expo, qui pourreot'tent bin aller, vir l' "Salon du Cheval, du Poney et de l'Ane". Là Fifinne, elle tient toudis s'n'heomme pa l'main car elle pinse toudis "i-est, à l'feos, tell'mint biête qu'on pourreot l'vinte ave les baudets".

 

Lexique : acater : acheter / asteur : maintenant / fraîques : fraîches / orsins : ressens  / romatiques : rhumatismes / âche : âge / cosses : choses / orvenant : revenant / in plin mitan : en plein milieu / les ceusses : ceux / veyez : voyez / l'artique : l'article / tout jusse : tout juste / orsors : ressors / seûr : sûr / toudis : toujours / cacher : chercher / chineu : personne qui cherche l'objet rare / cat : chat / beond : bond / treo (ou trau) : trou / moutrer : montrer / orwette : regarde / busié : pensé / tcher : cher / portefuèle : portefeuille / imbêté : ennuyé / canger : changer / meos : mois / vinte : vendre / ouèftent : travaillent / eine pétite saqué : un petit quelque chose, un petit plus / queusi : choisi / novimpe : novembre / tournisiens : tournaisiens / boutelle : bouteille.

(S.T. octobre 2010)

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

20 oct.
2010

19:00

Tournai : rue et couvent des Augustins.

Dans le quartier Saint-Jacques, reliant le Floc à Brebis au boulevard Léopold, la rue des Augustins tire son nom des "ermites de Saint-Augustin" qui y vécurent jadis. Avant d'être ainsi dénommée, elle était connue sous le nom de la rue Daudenarde (que certains transcrivent en rue d'Audenaerde) en raison, probablement de l'existence de la Halle d'Audenaerde mentionnée dans un acte de vente de 1254 ou de celle d'une famille Daudenarde qui y vécut. Les archives de l'échevinage de Saint-Brice renseignaient l'existence d'un dénommé Jehan Daudernarde en 1279.

 

Au XIIIe siècle, on note la présence, en ce lieu, de moines, appelés les Sacquistes, Frères de la Pénitence, Frères du Sac ou même tout simplement Sachets en raison de la forme de leurs vêtements, un sac. On a de suite compris que leur idéal était le plus grand dénuement, la plus grande pauvreté. Installée en 1264, cette communauté allait disparaître dix ans plus tard, lors de la suppression de nombreux ordres décidée par le Concile de Lyon en 1274.

 

Il faudra attendre près de vingt ans pour que cette maison retrouve une vocation écclesiastique, lorsque l'évêque de Tournai, Guy de Boulogne la confia aux ermites de Saint-Augustin, un ordre de prédicateurs. En 1293, le père Gillis, prit possession du couvent des sacquistes. Les "Augustins", comme on les appela rapidement, firent construire une église qui fut consacrée le 10 août 1365 par l'évêque Philippe d'Arbois. La maquette de celle-ci dressée par les ingénieurs de Louis XIV en 1701 se trouve depuis la fin du XXe siècle au Musée des Beaux-Arts de Lille après avoir été conservée durant près de trois cents ans à l'Hôtel des Invalides à Paris.

 

Les Augustins , nous dit Bozière, étaient vêtus d'une robe blanche pour le choeur, noir pour la ville, retenue à la taille par une ceinture de cuir et portaient un long manteau à capuchon par-dessus. Ils se rendaient journellement chez les habitants pour demander l'aumône, prêchaient dans les églises, les couvents et enseignaient dans les écoles, ils assistaient également les personnes malades.

 

Le couvent se dressait dans le bas de la rue, à l'angle de la rue des Augustins et de la rue Frinoise (ancienne rue Froyennoise qui menait à la porte du même nom). Il s'agissat d'un quadrilatère dont l'église formait le côté à front de rue, cette dernière se présentait sous la forme d'une seule nef éclairée par douze fenêtres latérales, couverte d'un toit à deux versants. Du côté intérieur, vers le couvent, l'église était flanquée d'une grande chapelle et de cinq petites chapelles le long de la nef. Au centre du toit de l'église se dressait un campanile. Les trois autres bâtiments qui complètaient l'ensemble donnaient sur une cour intérieure et un cloître.

 

La vie du couvent fut marquée par des dissensions et des crises. Au XVIe siècle, tout d'abord, lorsque le couvent adopta la doctrine de Martin Luther, issu de l'ordre des Augustins, ensuite lors du passage dans notre ville des iconoclastes en août 1566 qui saccagèrent l'église et le mobilier, enfin au moment de la Révolution française, lorsque deux religieux de l'ordre acquis à la cause des Lumières, doctrine non partagées par les supérieurs du couvent, dénoncèrent, par vengeance, deux frères qui furent arrêtés le 30 octobre 1794, condamnés à mort à Bruxelles, le 9 novembre, et exécutés le même jour. Cet évènement a été relaté dans une série précédente "Tournai à la fin du XVIIIe siècle" à retrouver dans les archives du présent blog. Le couvent fut supprimé avec bien d'autres lors de la période révolutionnaire. Les bâtiments furent pillés le 28 janvier 1797, les biens du couvent furent vendus et le le monastère fut détruit.

 

Il ne reste aujourd'hui du couvent des Augustins que quelques vestiges et le portail qui a été rénové sous l'égide de l'asbl Pasquier Grenier dans le courant de l'année 2000. 

 

Dans la rue des Augustins s'était également établie une communauté de Carmélites. A l'emplacement de leur maison (ancien hôtel de Beauffort) s'éleva ensuite une institution tenue, dès 1803, par les Frères Barbets de la congrégation de Saint-Omer. Bien plus tard, les Jésuites y ouvrirent un établissement scolaire qui subsiste aujourd'hui sous le nom de Collège Notre-Dame. Pour être complet, notons également que c'est dans cette rue que s'élevaient des bâtiments de l'imprimerie Casterman qui accueillent depuis deux ans maintenant le service des Archives de l'Etat.

 

(sources : "Tournai, Ancien et Moderne" de A-F-J Bozière et article paru dans le" Bulletin mensuel de l'asbl Pasquier Grenier"  de J. Dumoulin et J. Pycke en décembre 2000)

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, augustins, couvent, histoire, martin luther, iconoclastes |

15 oct.
2010

19:05

Tournai : expressions tournaisiennes (92)

"Queulle vie d'tchien d'carette qu'on mène asteur" qui m'a dit Edmeond quand j'l'ai rincontré à l'rue Saint-Jacques. "D'puis qu'Fifinne elle a rêvé d'canger d'maseon, on est déhors tous les jours, du matin au soir. Dès qu'on orchoit les publicités dins l'boîte à lettes, elle se rue pou orwettier les maseons à vinte et nous ov'là in route".

 

"On in a d'jà visité trinte-siept, des ceulles ave des belles façates mais d'riches taudis à l'intérieur, des maseons bin trop grandes pou nous eautes deux, des ceulles si p'tites qu'on n'sareot pos mette no meublier, i-a même acore des maseons où i-féaut aller querre l'ieau à l'cour, in deux mille dix, ch'est pos possipe qu'i-areot dit l'abbé Pierre. J'vas quand même pos quitter m'bijou de l'rue Montifaut pou aller in ville m'infermer dins ein treos d'soris. In puque l' prix i-est tchier, on a vu des cambusses à chint chinquante mille Euros, bé j'n'areos pos assez d' m'n'ortraite".

 

Ch'est à c'momint-là qu'Fifinne est arrivée.

 

"T'es acore in train d'tenir l'crachoir aux gins puteôt que d'venir visiter ave mi. J'deos toudis tout faire tout seu".

 

"Te m'ramoitis à m'faire queurir ainsin dins tous les coins de l'ville, j'sus à bout de m'n'haleine et j'ai m'quémisse toute crute, si j'sus asteur malate te devras bin démucher eine nouvelle maseon sans mi, on a l'temps, on est quand même pos mi déhors d'chez nous".

 

'Si j't'acouteos, dins dix ans, on s'reot acore à l'rue Montifaut et comme i-ara beauqueop moins d'bus qu'asteur pasque'i feaut bin payer grassement les administrateurs, on pass'ra ses journées à orwettier les vieux navets à l'télévisieon".

 

"Bah, ave les" Feux de l'amour" te d'as acore pou près d'chinquante ans, on peut dire que mes gins i-z'ont eine riche constitutieon à batt'lier d'puis pus d'vingt ans pou des beonnes feimmes"

 

J'ai eu l'malheur d'dire : "Te conneos eine beonne feimme, Edmeond, pou mi, i-n'a qu'des mauvaisses et des archi-mauvaisses" Li i-a bin ri, mais Fifinne elle m'a presque donné ein queop d'parapuie.

 

"Grande biête, vaut mieux écrire tes artiques que dire des cosses parelles".

 

"Quoisque te vas faire, saim'di et diminche ?"

 

"Rin, on va s'orposer, on va petête aller au Salon des Antiquités et de la Brocante à Tournai Expo, ch'est pos bin leon de l'maseon et saim'di, j'voudreos bin aller au Palais de Justice pou l'porte ouverte, j'aime acore bin acouter les avocats dins des procès fictifs. Ch'est des gins qui save'tent parler, i-n'ont pos leu lanque à leu poche, in peu comme mi, j'areos petête pu ête avocate ?"

 

"Ahais, te n'sais pos mette deux meots in français à l'suite de l'ein l'eaute et t'areos voulu ête avocate" qui li a dit Edmeond.

 

"J'vas t'in coller deux meots in français à l'suite de l'eine l'eaute mi : suis-moi.. ou bin acore tais-toi".

 

Et ch'est ainsin que j'les ai vu partir pou cacher après leu nouvelle maseon !

 

Lexique : "quelle vie d'tchien d'carette" : l'expression quelle vie de chien de charette signifie quelle vie misérable / canger : changer / orchoit : reçoit / orwettier : regarder / vinte : vendre / ov'là : voilà / trinte-sipet : trente-sept / ceulles : celles / meublier : mobilier, meubles / quere : chercher, quérir, à ne pas confondre avec caire : tomber / possipe : possible / treos d'soris : trou de souris, maison minuscule / In puque : de plus / tchier : cher / cambusses : vieilles maisons délabrées / ortraite : retraite, en Belgique on dit pension / tenir l'crachoir : parler pendant longtemps / ramoitir : rendre moite / queurir : courir / quémisse : chemise / crute : mouillée / beauqueop : beaucoup / démucher : dénicher, découvrir, trouver / batt'lier : se disputer, bagarrer / feimmes : femmes / parapuie : parapluie / artique : article / cosses : choses / Rin : rien / s'orposer : se reposer / petête : peut-être / leon : loin / acouter : écouter / lanque : langue / cacher : chercher. (S.T. octobre 2010)

 

19:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

12 oct.
2010

19:00

Tournai : la ville perd un fidèle serviteur, Roger Delcroix

Le jeudi 7 octobre, la nouvelle s'est répandue à travers la cité des cinq clochers : Roger Delcroix, le prédécesseur de Christian Massy au mayorat de la cité des cinq clochers venait de décéder. En janvier 2000, il avait fait le choix de se retirer de la vie publique touché par les premières atteintes d'un mal qui allait l'emporter dix ans plus tard.

 

Roger Delcroix est né à Chercq, le 19 août 1928. De ce village de durs carriers, il héritera  cette volonté tenace pour mener à bien les dossiers qu'il initiait. Très jeune, il vint, avec ses parents et ses frères, habiter Tournai, au coeur du populaire quartier Saint Piat. La musique tenait une place importante au sein de cette famille et la maison paternelle sera bientôt connue sous le nom de "Studio 24". C'est là, qu'après la guerre, naquit l'orchestre Johnny Delcroix dont il fut le batteur, accompagnant ses frères Jean et Raymond.

 

Sa carrière, il la fera dans le monde syndical, au sein de la FGTB dont il deviendra le Secrétaire Général. Homme d'action et de projets, il initiera un premier dossier, la création par l'ASBL "Joie et Vacances" d'un hôtel et d'un centre de délassement social au sommet du Mont Saint-Aubert : le Panoramique. Lors de la fusion des communes, en 1976, il se présentera aux élections et décrochera aussitôt un échevinat sous la houlette de Raoul Van Spitael. Echevin des Finances et du Tourisme, il comprit très vite que le riche patrimoine de Tournai devait être la base du développement de l'activité touristique. A cette époque, la cité voyait disparaître les plus beaux fleurons de son industrie, il était urgent de la faire connaître autrement que par l'annonce de pertes d'emplois. C'est ainsi que naquit, un centre de tourisme digne des cités les plus visitées dans notre pays ou à l'étranger.

 

En 1981, il sera élu sénateur, fonction qu'il cumulera avec son poste d'échevin devenant ainsi le relais de la cité de Clovis dans une capitale où jusqu'alors Tournai et le Hainaut Occidental étaient le plus souvent snobés par des politiciens issus des plus grandes cités wallonnes et qui avaient la facheuse tendance de se partager régulièrement le gâteau en croyant que la Wallonie s'arrêtait aux frontières de leurs localités. Il restera dans cette haute assemblée jusqu'en 1986, année durant laquelle les statuts de son parti l'obligèrent à choisir entre son échevinat et sa fonction de sénateur. Il privilégia sa ville et Tournai n'eut jamais à se plaindre de ce choix !

 

On le désignait comme le dauphin de Raoul Van Spitael, on pensait le voir accéder au mayorat après les élections de 1990, mais le vieux routier de la politique qu'était le bourgmestre d'alors décida de se représenter pour un nouveau mandat. A son décès, en 1992, Roger Delcroix lui succéda. Le poste de bourgmestre ne lui apporta pas plus de popularité car celle-ci était, déjà, à son sommet depuis de nombreuses années. D'ailleurs, elle éclata au grand jour lors des élections de 1994, où il amena son parti, le PS, à la majorité absolue, engrangeant de son côté plus de 7.500 voix de préférence. Si Roger Delcroix savait se montrer ferme dans ses décisions, il écoutait toujours, avec beaucoup d'attention, les demandes de l'opposition et acceptait celles-ci lorsqu'elles lui paraissaient fondées. Pendant les huit années qu'il occupa le siège de bourgmestre, il réalisa d'importants projets : la création de l'Auberge de Jeunesse à la rue Saint Martin, celle du centre de délassement, de la nouvelle piscine et du camping à la Carrière de l'Orient, la revitalisation du centre-ville depuis la porte de Lille jusqu'au beffroi en passant par l'important chantier de la Grand'Place. Pas à pas, il a vaincu les réticences de certains, les résistances d'autres, sans jamais passer en force mais toujours par un dialogue constructif et convaincant. Il se retira après les élections de l'année 2000. On le vit publiquement une dernière fois lors de l'inauguration de l'Hôtel Crombez, rénové par le Logis Tournaisien en 2002, là aussi, il avait été l'initiateur de ce projet situé dans le quartier où il passa sa jeunesse. Par dignité, par pudeur, il souhaita se retirer au sein de sa villa de la chaussée de Saint-Amand, il ne voulait montrer à personne les ravages de ce mal qui l'a emporté.

 

Ce mardi 12 octobre, la cérémonie officielle à l'Hôtel de Ville et l'office religieux en l'église Saint-Quentin rassemblèrent une foule émue composées de mandataires politiques, des Chevaliers de la Tour et Amis de Tournai, de membres de ce personnel communal qu'il avait constamment défendu lors de son mayorat et d'anomymes qui avaient su reconnaître en lui, un grand serviteur de Tournai. Au-delà de tous les clivages politiques, c'est l'homme qui aimait Tournai qu'on était venu, une dernière fois, saluer. Hier, veille de ses funérailles, l'Optimiste a reçu un mail de sympathie envers la famille en provenance de Grande-Bretagne, il émanait d'un ami, Stuart McDonald Smith, un musicien anglais, dont le père, lui aussi musicien, avait fait partie des troupes qui avaient libéré Tournai en 1944 et qui avait joué, durant son passage de quelques mois à Tournai avec l'orchestre de Jean Delcroix. Ce mail a été transmis immédiatement à la Ville de Tournai dans le cadre du registre de condoléances ouverts pour les citoyens. 

 

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, roger delcroix, bourgmestre |

08 oct.
2010

19:05

Tournai : expressions tournaisiennes (91)

Ceulle sémaine, ch'est dins l'piétonnier qu'j'ai rincontré Fifinne, elle veneot d'acater s'bistek et du mutieau pou Edmeond.

"Edmeond, du mutieau, i-s'in f'reot morir, i-s'trin'reot su s'panche pour li d'avoir, i-béfielle rin qu'à l'idée d'in minger" qu'elle m'a dit.

 

"Cha ch'est fourbi dins l'rue, on a tout jusse l'plache pou passer ave tous ces treos au mitan et, à l'feos, m'cabas i-prind dins les barrières et j'ai d'jà failli bourler. Mo bé , j'vas t'in raconter eine qui est arrivé à Edgard et Irma. I-seont allés in vacances ave les infants dins l'Midi d'la France. Roger, leu bieau-garcheon, rouleot à s'n'aisse quand tout à n'ein queop, i-a vus arriver eine auto pas d'vant li. I-a freiné et comme i-n'a pos s'lanque à s'poche i-a d'mindé à l'eaute si i-n'pouveot pos rouler à droite comme tout l'meonte".

 

"Et alors ?"

 

"Bé l'eaute i-li a répondu ave s'n'accent du midi, ici Mossieu on ne roule pas à droite ou à gauche, on essaie de rouler à l'ombre".

 

Irma, elle s'a foutu in rache et à dit à Roger et à s'file : "Bé on est acore venu ichi dins ein pays d'sauvaches".

 

S'file li a répondu : "bé infin, i-n'féaut pos t'énerver ainsin, ch'est mauvais pou t'coeur, d'taleur on devra t'rapatrier ave Europe-Assistance".

 

Edgard qui n'aveot acore rin dit, i-a éclaté : "Bé on pourreot tertous bin ête rapatriés pus vite que prévu si te continue à mette t'robe d'baraqueuse". Partir ainsin in voyache et batt'lier comme des tchiens, j'préfère rester à m'maseon même si j'ai des brettes ave Edmeond".

 

Et Fifinne m'a dit ce qu'elle alleot faire à l'fin de l'sémaine.

 

"Saim'di on va à la ducasse de Kain, ch'est pos leon d'no maseon, Edmeond i-jeue aux boules et mi j'l'orwette in buvant eine crasse pinte. Diminche, à midi, on va aller acouter l'Cabaret Walleon, i-paraît qu'i-ara eine surprisse, comme qui direot eine naissance, et après-deîner, on ira à la Halle-aux-Draps pou la Halle Gourmande su l'Grand'Plache, on va minger les Huitres du Fifty-one, ch'est pou aider des malhureux, ch'est pou eine beonne cosse".

 

On s'a séparé pasque l'ouverrier i-aveot mis s'buldozer in route et i-commincheot à nous casser les orelles.  J'li ai quand même rappelé de n'pos oblier d'acater les "post-it" pou Cap48, ch'est aussi pou eine beonne cosse, l'ceulle des personnes handicapées !

 

Lexique : ceulle sémaine : cette semaine / acater s'bistek : acheter son beefsteak / mutieau : sorte de pâté grossier de la région / morir : mourir / i-s'trin'reot su s'panche : il se traînerait sur son ventre / béfielle : bave / fourbi : désordre / tout jusse : tout juste / treos : trous / au mitan : au milieu / cabas : sac à provisions / bourler : tomber / bieau garcheon : beau-fils, gendre / rouleot à s'n'aisse : rouler fin tranquille / tout à n'ein queop : soudain, tout à coup / s' lanque : sa langue / tout l'meonte : tout le monde / foutu in rache : mis en colère / sauvaches : sauvages / d'taleur : tantôt / tertous : tous / baraqueuse : gitane, romanichelle /voyache : voyage / batt'lier : se disputer / tchiens : chiens / avoir des brettes : avoir des conflits, des différents, des désaccords / pos leon : pas loin / i-jeue : il joue / eine crasse pinte : un bon verre de bière / acouter : écouter / beonne cosse : bonne cause / l'ouverrier : l'ouvrier / commincheot : commençait // orelles : oreilles / oblier : oublier.

(S.T. octobre 2010)

 

19:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

06 oct.
2010

21:12

Tournai : une ville en chantier.

A peine la braderie terminée, la ville s'est offert de nouveaux chantiers. On a attendu sagement la fin de l'été et la venue moins fréquente des touristes pour donner les premiers coups de pioche à l'opération "revitalisation du quartier cathédral".

 

Voici deux semaines que la première des quatre rues composant le piétonnier de la Croix du Centre, la rue Gallait, est ouverte sur toute sa longueur pour le remplacement de diverses canalisations. Cela ne s'est pas fait sans mal et les discussions furent âpres car, pour des raisons de sécurité, les responsables avaient opté, dans un premier temps, pour la fermeture totale de la rue aux piétons entre 7h et 15h30. Il est facile d'imaginer le mouvement de révolte qui anima les commerçants à qui on demandait, ni plus, ni moins, de fermer boutique durant la période la plus lucrative de la journée. A Tournai, le bon sens triomphe toujours et un passage étroit est resté accessible pour se rendre dans les nombreux commerces. Pourtant, un pareil chantier ne se déroule pas sans poser problème. Le sous-sol tournaisien est, pratiquement, comme celui de l'ensemble de la Belgique, un fouillis de canalisations désaffectées, de câbles obsolètes, d'égouts non répertoriés jouxtant les tuyaux et câblages encore en activité. L'entrepreneur doit donc travailler à la manière d'un chirurgien avec la précision d'un orfèvre.

 

Quelques jours plus tard ont débuté les travaux de la rue des Puits l'Eau et on peut dire qu'ils furent baptiser dès les premières heures car un sondage réalisé au moyen d'un engin de chantier a percé une vieille canalisation de distribution d'eau qui venait justement d'être remplacée par une nouvelle mais se trouvait toujours sous pression. En quelques minutes, une rivière au débit impressionnant se fraya un chemin jusqu'à l'Escaut, heureusement proche. Les travaux progressent en investissant à présent la rue de la Tête d'Or.

 

D'après le planning publié sur le site du projet cathédral, les travaux de gros oeuvre du nouveau centre de tourisme, débutés à l'automne 2009, devaient se terminer à la fin de cette année, le chantier fut néanmoins plus complexe que prévu. Le bâtiment du vieil Hôtel de la Cathédrale, devenu par la suite le siège de la banque Dexia, allait révéler quelques faiblesses qui nécessitèrent d'abattre de nombreux murs porteurs. Il ne reste plus que le squelette, une ossature, qu'on commence lentement à habiller. Quiconque à eut l'occasion dans sa carrière d'effectuer des suivis de chantiers sait par expérience que très rarement le planning défini par les architectes et les entrepreneurs sont respectés. Heureusement que les amendes pour retard du nouveau bâtiment ne sont jamais appliquées et ne restent que menace fictive sinon le nombre de faillites dans la construction atteindrait des records.

 

Les travaux du quai Des Salines progressent à un rythme soutenu et, là, le planning devrait être respecté malgré l'épisode malheureux de la découverte de terres poluées par une fuite de carburant. Vu du Pont de Fer, le paysage semble assez minéral avec de larges parties pavées mais il faudra attendre la fin des travaux pour avoir une vue réelle du projet.

 

Des travaux de remplacement de canalisations sont également en cours dans les rues des Carliers, Madame et des Clairisses, trois rues situées à proximité du piétionnier et de la rue des Puits l'Eau.

 

L'état des lieux n'est pas terminé ! Dans la rue Perdue, l'excavation réalisée pour la création du parking souterrain vient d'atteindre la cote moins 7 mètres à hauteur du Fort Rouge. Les fouilles réalisées durant les mois d'été ont permis de découvrir de très nombreuses tombes de l'époque gallo-romaine et cela était prévisible puisqu'on se trouve là à l'emplacement de la grande nécropole qui s'étend à partir de la Grand' Place. On commence à couler la dalle de béton qui supportera le second sous-sol du parking.

 

Sur le site de l'ancien hôpital militaire Major Médecin De Bongnie, le long de la rue Allard l'Olivier ont débuté après la période des congés dans la construction, les travaux de fondation des immeubles à appartements tandis que les premiers bureaux situés dans le bâtiment principal à front de la rue de la Citadelle ont trouvé acquéreurs.

 

Sur l'ancien terrain de la Royale Union Sportive Tournaisienne, le gros oeuvre d'un bâtiment faisant partie de la première phase de construction du pôle mère-enfant se termine, une seconde phase débute. Ce chantier durera encore environ six ans avant de voir la version définitive de la nouvelle unité hospitalière du CHWApi (Centre Hospitalier de Wallonie Picarde).

 

A la rue de l'Athénée, la transformation de l'ancien commissariat de police se poursuit, toiture et châssis ont été remplacé, la façade a subi un sérieux lifting, les travaux concernent désormais l'intérieur de la douzaine de futurs logements d'intégration;

 

Quant au chantier de la cathédrale Notre-Dame nous aurons bientôt l'occasion d'en reparler !

 

Si les touristes ont déserté provisoirement Tournai et ne reviendront qu'aux prochains beaux jours, les amateurs de travaux de génie civil pourraient très bien prendre la relève tant il y a de chantiers à voir en ce moment au sein de la cité des cinq clochers. 

21:12 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, rénovation, chantiers |

04 oct.
2010

19:00

Tournai : vraiment inattendu !

Qui aime s'informer sur Tournai dispose d'une importante bibliographie accessible au sein de la Bibliothèque communale.

 

Qui a la passion de fouiner découvrira une mine d'or en matière d'informations diverses aux Archives de l'Etat.

 

Qui veut parfaire ses connaissances sur la cité de Clovis trouvera ce qu'il cherche en consultant les archives de la cathédrale. Ce sont des lieux bien connus des étudiants et des chercheurs.

 

Mais il arrive aussi, parfois, qu'au travers d'un livre acheté en librairie, on découvre involontairement quelques lignes qui nous ramènent dans la ville aux cinq clochers.

 

Je consultais récemment le "Dictionnaire des Mots qui ont une histoire" de Gilles Henry paru aux editions Tallandier en 1989 et quelle ne fut pas ma surprise de constater que la toute première définition consacrée au terme "acariâtre" donnait l'origine suivante : "il existait, au VIIe siècle, un évêque de Noyon du nom d'Acaire (ou Achaire), également installé à Tournai, il mourut en 639 et ses reliques passèrent pour guérir la mauvaise humeur. A la vérité, il est peut-être confondu avec Acaire, deuxième abbé de Jumiège, dont le corps fut transporté à Haspres au IXe siècle".

 

Quoi qu'il en soit, Saint Acaire, Evêque de Tournai ou abbé de Jumiège, était réputé pour guérir les dérangements d'esprit et le premier sens d'acariâtre fut "privé de raison" ou qui "s'entête dans une idée déraisonnable".

 

Le mot "acariâtre" a été accueilli par le Dictionnaire de l'Académie en 1798 et signifie désormais : "hargneux, déplaisant et tyrannique".

 

Personnellement, je ne crois pas que le mot vienne de l'évêque de Noyon-Tournai car je ne connais pas beaucoup de personnes acariâtres dans notre bonne vieille cité ! *

 

* Ce n'est pas une réflexion honnête, je l'avoue, car des acariâtre, il y en a vraiment partout !

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, dictionnaire |

01 oct.
2010

19:00

Tournai : expressions tournaisiennes (90)

Edmeond et Fifinne cach'tent après eine nouvelle maseon. Cha fait trinte-chinq ans qui vive'tent à l'rue Montifaut, pas leon des Myosotis et de l'rue du Viaduc. Fifinne a invie d'orvenir habiter in ville, pou n' pus ête obligée d'printe l'bus tous les jours même si i-est gratuit pasqu'elle a pus d'soixante-chinq ans.

 

Edmeond, li, i-areot préféré rester acore ein momint pasque, in ville, i-n'a pos d'gardin et ses p'tits légueumes ch'est la mitan de s'vie. Quand i-a dit cha à Fifinne, elle li a répondu : "Te s'ras pus près des cabarets de l'Grand'Plache pou ti aller boire tes pintes". Ch'est des meots qui ne l'ont pas laiché indifférent, ch'éteot l'meilleu des arguments, elle est fine, Fifinne.

 

Ainsin, pindant tout l'sémaine, i-z'ont fait les aginces immobilières d'Tournai et ch'est pos eine mince affaire car i-d'a d'taleur pus qu'i-n'a d'maseons à vinte dins l'ville et les envireons. Les aginces immobilières et les restaurants étrangers cha rimplache toutes les maseons d'commerce qui doive'tent serrer leu porte, cha pousse comme des champignons !

 

Diminche, pou s'orposer, Edmeond a décidé d'aller vir l'arrivée du Franco-Belge, l'course elle passe près de s'maseon, i-voudreot bin vir Tom Bonen. Fifinne, au matin, va aller ave ses visins au Mont Saint-Aubert pou l'excursion mycologique. "J'vas rapporter des champigneons" qu'elle a dit à Edmeond. "Te les ming'ras tout seu car j'ai bin trop peur du poiseon" qui li a répondu. Après deîner, pindant que s'n'heomme i-orwette les courses, elle va aller faire l'visite des intérieurs Art Nouveau organisée par les Guides de Tournai à l'plache Crombez. "Cha va pétête m'donner des idées pou no prochaine maseon". Edmeond i-li a alors fait un cours su cet art nouvieau : "ch'éteot fait pa les architèques du siègle passé, ch'éteot eine mote ave des cassis tout in reond, on n'in fait pus des cosses parelles, on cacheot à faire du bieau, asteur ch'est briques, béteon et cassis in plastic, l'pus simpe et l'moins tchier, et dire que ch'est eine cassine parelle que j'vas devoir ichi béteôt habiter". Fifinne qui n'aime pos ête contrariée l'a inveyé au gardin quand elle a commniché à nettier.

 

Lexique : cach'tent : cherchent/ pas leon : pas loin/ orvenir : revenir/ printe : prendre/ gardin : jardin/ légueumes : légumes/ la mitan : la moitié/ laiché : laissé/ d'taleur : tantôt/ serrer : fermer/ orposer : se reposer/ visins : voisins/ tout seu : toute seule/ orwette : regarde/ pétête : peut-être/ architèques : architectes/ siègle : siècle/ eine mote : une mode/ cassis : châssis, fenêtre/ cosses parelles : choses pareilles/ tchier : cher/ cassine : petit logement/ béteôt : bientôt/ inveyer : envoyer/ comminché : commencé/ nettier : nettoyer. (S.T. octobre 2010)

 

 

 

 

 

19:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |