11 juil.
2009

Tournai : expressions tournaisiennes (26)

"On est fin contint d'partir mais on est tout aussi hureux d'orvenir" i-a dit Edmeond in ouvrant l'huche de s'maseon (la porte de sa maison) de l'rue Montifaut. Eine semaine à la mer, ch'est vite passé. Avant i-alleot à La Panne mais comme on n'i-veot que des tournisiens, asteur i-préfère aller à Coxydes pasque qu'on y parle pos trop flamint ! Dès qui les a vus su l'pas de l'porte de leu maseon, Edouard, leu visin, qu'on appelle dins l'ruache (dans le coin, dans la rue) P'tit canard à causse de s'façeon d'marcher, i-est v'nu pou apporter les clés. Tous les jours, i-v'neot ouvrir et serrer les battantes (volets), deonner à boire aux fleurs et printe l'courrier dins l'boîte aux lettes.

"Eh alors, vo voyache i-s'a bin passé, aujord'hui, on orprint ses habitudes !" "Bin passé, ch'est ein grand meot, ahais (oui) eine caleur d'biêtes (chaleur de bêtes), dins les dunes ch'éteot comme si on éteot au plein mitan (au mileu) du Sahara, l'sable i-bruleot mes ortieaux (orteils) et j'ai attrapé ein queop d'solel (coup de soleil) qui m'a impêché d'dormir durant deux nuits" lui répeond Edmeond. Edouard i-est tout saisi : "ch'est pas beon, te peux attraper ein métronome". "Ein mélanome, annochint (simple d'esprit, idiot)" li dit Fifinne in riant plein s'panche (en riant aux éclats). Edouard i-ortient à l'feos des espressieons intindues d'ein eaute mais comme i-n'comprint pos l'sens, cha deonne toudis d'l'à peu-près. Pou li, on n'est pos sorti de l'cuisse de Jupiter mais de l'caisse de Jupiler et quand i-veut qu'mincher s'n'ouvrache (commencer son travail), i-print toudis l'cheval po les cornes au lieu du taur (taureau).

Fifinne dit : "J'li aveos dit à s'n'imblavé (orgueilleux) d'mette de l'crème d'protectieon mais i-feaut toudis qui fasse l'contraire de ce que l'on li dit, Mossieu qui sait tout". "Mais, Fifinne, ave l'solel qu'on a eu, j'areos pu mette l'indice chinquante (cinquante) que j'areos été arringé !. "Et quoisque t'feseot tout l'leon d'eine sainte journée ?" Bé l'matin après les pistolets (petits pains belges), on alleot dins les dunes et après-deîner, on alleot faire soupette (tremper les pieds) à marée basse dins les flaques d'ieau. Ein jour ou deux cha va, mais siept (sept), ch'est treop" dit Edmeond. "Te n'diseot pos cha quant t'éteos à l'terrasse du Chalet des Bains ave l'pinte à t'main, in puque t'éteos là pou orluquer (lorgner du coin de l'oeil) les jeones files in maillot"."Te sais, Edouard, on a orwettié les prix des maillots d'asteur, pus i-seont p'tits, pus i-coûtent tcher (cher), eine fichelle (ficelle) pou mette à..." I-est beon, Edouard i-a compris," "Neon, eine fichelle pou quoi faire ? "Ti on peut dire que t'as l'cerveau lent mais ch' n'est même po pou cha". Fifinne ave s'maillot de 1925 tout l'meonde l'orwettieot quand elle éteot su l' plage, un vieux l' preneot pou eine ma chère soeur d'avant l'Concile et les infants pinseot'tent vir (voir) eine Marie-galousse (sorcière échevelée).

Quand Edouard i-est rintré à s' maseon, i-a dit à s'feimme : "Mi j'préfère ouvrer dins m'gardin (travailler dans mon jardin) bin à l'aisse (à mon aise) que d'partir si leon (loin) pou dépinser mes liards (mon argent)". I feaut dire qui vindreot l'ieau qu'i-a cuit ses oués (oeufs) et qu'i n'osse (n'ose) pos cracher d'peur d'avoir seo (soif)".

(S.T. juillet 2009)

14:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.