18 mai
2009

12:33

Tournai : hommage à Jean Pierre Rapsaet

Une voie tournaisienne de Vivacité s'est éteinte, Jean Pierre Rapsaet nous a quittés le samedi 16 mai 2009, vaincu par un mal implacable qu'il avait combattu avec énergie dès son apparition. Jean Pierre était né à Courtrai le 27 août 1953 et demeurait à Tournai (Kain), il se sentait tournaisien à part entière et ne manquait pas de participer à toutes le initiatives naissantes dans la cité aux cinq clochers. C'est ainsi qu'il était un fidèle du Carnaval du Laetare, qu'on le voyait régulièrement à la Maison de la Culture et qu'il couvrait tous les évènements qui touchaient de près sa ville. C'était un homme de radio, un reporter qui avait fait toutes ses classes dans ce qu'on appelait alors les radios libres régionales, notamment à Mouscron à "Radio qui chiffèle", parallèlement à sa fontion d'animateur au CREAHM. Il effectua par la suite quelques reportages pour la RTBF et y devint journaliste plein-temps, animant l'actualité des premières heures de la journée sur Radio-Hainaut. C'est à cette occasion que l'Optimiste le rencontra, pour la première fois, lors d'un reportage sur la préparation de l'Opération 48.81.00 à Tournai (opération devenue Cap48).

Il assura ensuite des reportages traitant plus particulièrement du Hainaut pour le journal télévisé national et également pour le journal régional alors diffusé à partir des studios de la RTBF à Charleroi. Il y a quelques années, lors de la grande mutation de la radio-télévision francophone, certaines voix ou certains visages familiers des télespectateurs durent quitter leurs fonctions au boulevard Reyers. Toute restructuration amène toujours des dommages collatéraux et privent les téléspectatuers d'un visage ami, Jean Pierre Rapsaet opta pour la radio et devint l'homme des reportages touchant une région, son Hainaut Occidental, sa Wallonie Picarde.

Quand la maladie le frappa de plein fouet, Jean Pierre fit le choix d'en parler, lui qui avait présenté tant de reportages, interroger tant de personnes, parcourus tant de kilomètres, traita d'un sujet personnel, vécu de l'intérieur, un reportage sur SA maladie, décrivant sans fausse pudeur et avec beaucoup d'humour les méfaits quotidiens de cet ennemi implacable qu'il avait décidé de combattre. Il était devenu reporter de guerre, de sa guerre contre le cancer. Il en parlait sur un site ouvert sur Facebook. Ce samedi le journaliste est tombé au combat et sa voix n'évoquera désormais plus cette Wallonie Picarde, cette ville de Tournai dans laquelle il aimait se promener. Quand Jean Pierre avait interviewé une personne, il s'en rappelait et la saluait toujours lors d'une rencontre, ce bonjour nous manquera désormais. Jean Pierre avait 55 ans !

12:33 Écrit par l'Optimiste dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, vivacite, jean pierre rapsaet |

29 avril
2007

08:39

Tournai : rénovations en cours (2)

Nous nous sommes baladés sur la rive gauche de l'Escaut, franchissons le fleuve afin d'aller voir les rénovations entreprises dans l'autre moitié de la ville.

Sur le Quai Dumon qui abrita sous Louis XIV le Parlement des Flandres, on vient d'entreprendre des travaux aux bâtiments situés aux numéros 1 et 2, propriétés d'un organisme financier. Ces immeubles classés sont mieux connus sous les noms de "Grand Saint Georges", ancienne auberge située à l'angle du Quai et de la place du Becquerel et de "la maison du Notaire", son dernier occupant exerçant cette profession.

Plus loin, sur le Quai Sakharov, un immeuble appartenant à un particulier fait également l'objet d'importants travaux.

Autre chantier d'envergure, la rénovation de la gare de Tournai, oeuvre de l'architecte courtraisien bien connu, Beyaert. C'est au milieu du 19ème siècle que l'administration communale de l'époque décida de l'édification de la nouvelle gare sur l'emplacement des anciens remparts de la ville. Victime des bombardements, elle fut reconstruite après la guerre et méritait un sérieux lifting.

A la chaussée de Renaix, sur l'emplacement d'un ancien couvent, on termine d'importants travaux de construction d'un home pour personnes agées. ... Mais deux gros chantiers se profilent à l'horizon : la possible modification des arches du Pont des Trous qui permettrait ainsi à des bateaux de 3.000 tonnes de transiter par Tournai dans le cadre de la liaison Seine-Nord. Actuellement le gabarit est limité à 1.350 tonnes, on nous dit, encore faut-il le prouver, que les travaux d'élargissement auraient d'importantes retombées économiques pour secteur carrier du Tournaisis et surtout celui de la rénovation complète de la cathédrale, permettant à ce joyau de retrouver un lustre perdu au cours des dernières décennies. Mais de cela, nous aurons certainement l'occasion d'en reparler.

08:39 Écrit par l'Optimiste dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : liaison seine-nord, beyaert, tournai |

28 avril
2007

08:50

Tournai : rénovations en cours (1)

Marquons une pause dans la visite quotidienne de la ville et abordons un sujet bien visible ces derniers temps à Tournai : la rénovation de bâtiments.

On a coutume de dire que "quand le bâtiment va, tout va!" alors il y a lieu d'être optimiste dans la cité des cinq clochers puisque d'importants travaux sont en cours.

Sur la rive gauche, citons la rénovation d'une façade de la place de Lille. Cette maison abritait, jusqu'il y a peu, un hôtel à l'enseigne "Aux Armes de Tournay". De style Louis XIV, elle date de la fin du 17ème siècle, début du 18è, elle fut longtemps défigurée par une terrasse où l'aluminium était un véritable coup de poing sur ce bâtiment à trois niveaux, proche de l'église Sainte Marguerite. Le dégagement a permis de retrouver une cartouche représentant la scène de "la fuite Egypte", mentionnée sur des ouvrages consacrés à Tournai et dont on avait perdu la trace, ce chantier a été par la suit abandonné

Un peu plus loin, à l'angle de la rue Perdue et de la rue des Maux, les travaux de construction sur le terrain occupé par le théâtre de Tournai, démoli lors de la dernière guerre, vont bon train, on regrettera cependant les différences de gabarits par rapport aux autres bâtiments. Comme c'est souvent le cas, on veut construire un étage mansardé pour rentabiliser au maximum l'espace destiné à la location ou à la vente, on avait déjà, hélas, connu cela par le passé au pied même de la cathédrale. Il faut croire que les promoteurs immobiliers sont indifférents à l'harmonie qui doit prévaloir dans une ville d'art et n'attachent de l'importance qu'au retour sur investissement !

En face, l'ancien Hôtel des Pompiers est en cours de transformation, bureaux et appartements remplaceront la caserne occupée entre 1970 et 2005 et sur le parking arrière des logements sociaux prendront place.  

Le réduit des Dominicains est situé à deux pas de la Grand'Place, les vieux bâtiments sont restaurés (les façades seront conservées) pour devenir des appartements en plein centre de la ville.

La place Saint Pierre est un endroit très fréquenté de Tournai, elle n'a rien de comparable avec son homonyme de la cité du Vatican mais la foule s'y presse par beau temps. L'immeuble situé à l'angle de la place et de la rue de la Lanterne est en rénovation, de style néo-classique, il était presqu'en ruine après avoir abrité un café dernièrement à l'enseigne du "Quai des Brumes", plus connu encore avant sous le nom précédent du "Pingouin" où les sapeurs avaient l'habitude de venir rafraîchir des gosiers...en feu !

De l'autre côté, l'actuel café voit sa façade totalement ravalée. Ces chantiers terminés, la place trouvera une harmonie, tous les bâtiments ayant reçu un lifting ces deux dernières années. Toujours sur la rive gauche, l'ancien hôpital militaire "Quartier Major Médecin De Bongnie" sera bientôt en chantier, le bâtiment à front de rue sera conservé et rénové, un bâtiment à construire abritera les services du CPAS, à l'étroit dans leurs murs actuels, puissent l'occuper, le parc permettra de construire des logements moyens et sociaux. Chantier qui devrait durer quelques années car il faut bien dire que depuis que le projet a été présenté dans la presse locale, on constate peu de concrétisation sur le terrain.

Pour être complet signalons également la rénovation de maisons anciennes, entreprise par des particuliers, à la rue Blandinoise, rue du Ballon, rue de la Madeleine et dans le Bas Quartier ainsi qu'un projet qui vient de débuter au niveau de l'ancienne Poste principale, rue des Chapeliers.  

(sources : Fondation Pasquier Grenier - bulletin 88- et recherches personnelles)